jeudi, juin 30, 2022

Lomig Le Clec’h : Le grand bond avec une chaussure neuve – Actualité

A Lire Absolument

Au départ de Calanhel, à une trentaine de kilomètres de son domicile, Lomig Le Clec’h avait des fourmis dans les jambes. Il a attaqué dès le départ de la 2e étape du Kreiz Breizh Elites (2.2). « Souvent ça fait rideau sur ce genre de course mais nous avions un Jumbo (l’équipe du leader, NDLR) avec nous, c’était mort », raconte-t-il à DirectVelo.

« JE ME SUIS FAIT MAL POUR REMONTER »

Le coureur de WB-Fybolia Locminé ne voulait pas rester les deux pieds dans le même sabot mais au sommet du premier grimpeur (km 11), il casse sa chaussure. « J’ai dû la changer. Quand je suis rentré, c’était bien en ligne, il y avait des grands noms qui attaquaient ». Entre-temps Thijs De Lange et Lorenzo Germani sont sortis du peloton. « Je me suis fait mal pour remonter dans les premières positions. Jean-Louis Le Ny m’a dit que c’est là qu’il fallait y aller. Dès que j’ai vu l’ouverture, je suis parti. J’ai dit à Clément Alléno de venir avec moi ». Un autre coureur, le Néo-Zélandais James Fouché, les accompagne. A trois, ils retrouvent le duo de tête à 130 km de l’arrivée.

Au moment de la jonction, l’avance sur le peloton mené par la réserve de Jumbo-Visma est de trois minutes. « J’ai vu que ça contrôlait fort, rapporte le coureur de 24 ans, mais il fallait quand même rouler, sur un circuit sinueux comme ça, il peut tout se passer ». D’ailleurs Lomig Le Clec’h et son compère Clément Alléno sont les derniers à résister au peloton sur le circuit de Plouray.

SABOTS ROUGES SUR LE DOS

En récompense de ses efforts, le 5e de la Flèche Bigoudène est monté sur le podium du KBE pour endosser le maillot à sabots rouges de meilleur grimpeur. Mais il le porte par procuration car James Fouché, qui le devance, est aussi leader du classement par points. « Je voulais prendre un des deux maillots mais il était plus rapide que moi », concède celui qui habite à Guingamp, lieu de départ de la dernière étape. « C’est un peu mes routes. Les deux dernières étapes seront très dures », prévient-il.

Cet esprit offensif est le signe que Lomig Le Clec’h se sent bien. « L’objectif était d’être en forme à cette période. J’ai eu un passage à vide avec le Covid en juin. Il a fallu remettre en route au Tour du Piémont pyrénéen (30e). Ensuite, j’ai surtout fait des 1ère catégories car nous n’avions pas un super calendrier. Mais d’ici la fin de saison nous allons avoir des grosses courses tous les dimanches ». Le point d’orgue sera le Tour de Bretagne, encore une Classe 2, du 20 au 26 septembre.  « Il faut qu’on soit bien jusqu’à la fin septembre ». Et que les chaussures tiennent le coup.

Dernières Nouvelles

More Articles Like This