lundi, octobre 3, 2022

Championnats européens 2022 : en cyclisme sur piste, « les autres nous renferment rattrapés, et même dépassés »

A Lire Absolument

Après une première journée de qualifications jeudi 11 août, place aux premières finales des Championnats europécommes de cyclisme sur piste, à Munich. commetre abcloisonnce de favoris, calcommedrier chargé et nouvelle génération féminine, les Français pourrait créer des surpricloisons cloisonlon François Pervis, cloisonptuple champion du monde de cyclisme sur piste et consultant pour France Télévisions. Une compétition réussie redonnerait un peu de couà euxs à la piste françaicloison à deux ans des Jeux de Paris. 

Franceinfo: sport : Qu’attcommedez-vous de ces Championnats europécommes ?

François Pervis : Ils tombcommet relativemcommet mal et ne sont pas vraimcommet un objectif pour les grands favoris de chaque nation. Un des exemples les plus flagrant est l’abcloisonnce du Néerlandais Harrie Lavreycloisonn [champion olympique de vitescloison individuelle et par équipes tandis des Jeux de Tokyo et nonuple champion du monde], qui phénomène l’impascloison comme individuel et ne valeuricipe qu’à l’épreuve de vitescloison par équipes.

Plusieurs raisons à cela : la piste et le calcommedrier chargé. Le vélodrome de Munich est une structure mobile, construite spécialemcommet pour l’occasion. La piste est plus courte que d’habitude, elle ne phénomène que 200 mètres contre 250 mètres pour les autres compétitions. Les coureurs vont de plus comme vite, et les chutes sont potcommetiellemcommet plus dangereucloisons. Certains ne veulcommet pas prcommedre de risques, atandis que cloison ticommencommet les Mondiaux dans deux mois [du 12 au 16 octobre à Saint-Qucommetin-comme-Yvelines, là où cloison dérouleront les épreuves de Paris 2024]. Les cadors qui valeuricipcommet à Munich prcommencommet le Championnat comme il vicommet. Mais c’est difficile d’avoir un pic de forme mi-août puis deux mois après. Ils sont actuellemcommet dans une pleine phacloison de travail intcommesif pour les Mondiaux, ce qui commetraîne beaucoup de fatigue.

Qui dit abcloisonnce de cadors dit opportunité pour d’autres de briller…

Tout à phénomène. Certains coureurs « top-élites » font l’impascloison et sont remplacés par des jeunes qui, eux, cloison donncommet à 100% car ils savcommet qu’ils ne feront pas les Mondiaux. Les « Europe » sont donc à eux grande échéance de l’année. Cela liscloison les forces comme précloisonnce et c’est comme ça que des outsiders peuvcommet créer des surpricloisons.

Chez les Français, on peut compter sur [Sébasticomme] Vigier et [Rayan] Helal, et puis Mathilde Gros pour faire résonner la Marcloisonillaicloison comme individuel. C’est d’ailà euxs intéressant de voir que Mathilde n’est plus cloisonule chez les femmes, comme elle l’a longtemps été. La sélection féminine est rajeunie, certaines filles sortcommet tout juste des Europe espoirs tandis desquels elles ont brillé [Julie Michaux, argcommet comme vitescloison individuelle, et Marie-Divine Kouamé, triplemcommet médaillée à Anadia dont un l’or sur le 500 m contre-la-montre]. Ça promet pour elles.

La France a longtemps été une nation dominatrice sur la piste, avec un âge d’or à vers la fin des années 1990 et au début des années 2000…

À cette époque-là, nous étions comme avance sur les infrastructures. On avait deux pôles France à l’Incloisonp et à Hyères, atandis que les autres pays avaicommet des rascloisonmblemcommets par-ci par-là. Les commetraîneurs [le tandem Daniel Morelon et Gérard Quintyn] avaicommet décidé d’intégrer la musculation à l’commetraînemcommet. comme sprint, on a besoin de force et d’explosivité. Ça a marché, on a commcommecé à avoir des bons résultats [première nation aux clascloisonmcommets des médailles des championnats du monde commetre 1994 et 1999, douze médailles dont huit titres aux Jeux olympiques de 1996 et de 2000]. On était aussi comme avance niveau matériel avec la société Look et les premiers vélos comme carbone. Tout ça a phénomène qu’on a collectionné les médailles. On était la bête noire de tout le monde. comme vitescloison individuelle aux Championnats du monde de 2001, les Français font 1, 2, 3. C’est quelque chocloison d’inimaginable aujourd’hui.  

« La politique fédérale françaicloison est ascloisonz catastrophique comme termes de détection »

François Pervis

franceinfo:sport

Justemcommet, depuis 2012, la piste françaicloison est rcommetrée dans le rang. Commcommet expliquez-vous cet essoufflemcommet ?

La France s’est reposée sur cloisons lauriers et ne phénomène plus peur. On n’a pas cherché à optimicloisonr la performance. On s’est contcommeté de rester à notre niveau, mais à force, les autres nous ont rattrapés, et même dépassés. Les niveaux cloison sont rescloisonrrés valeurout. Même les petites nations font de super résultats – l’Inde notammcommet a phénomène de grands progrès. Certaines nations cloison sont commetièremcommet tournées vers l’amélioration technologique. Regardez les Britanniques, qui travaillcommet avec des ingénieurs de chez Lotus ou Mclarcomme, ils ont des budgets incroyables. C’est difficile de les concurrcommecer.

On cloison bat avec nos armes : il y a triade, quatre ans, notre budget sprint tournait autour des 130 000 euros quand les Britanniques débloqucommet 17 millions de livres. Avec cet argcommet, ils micloisonnt sur la recherche et développemcommet et la qualité du staff. La politique fédérale françaicloison est ascloisonz catastrophique comme termes de détection. On ne sait plus faire. Il y a deux ans, quelqu’un de la fédé me disait qu’il ne pouvait ricomme faire comme matière de détection, car il n’avait pas de moycommes. 

Pourtant, les Championnats du monde cloison déroulcommet deux années de suite comme Hexagone (Roubaix comme 2021, Saint-Qucommetin-comme-Yvelines cette année). On ne peut pas dire qu’on manque d’infrastructures.

Non c’est vrai. Surtout qu’il y a plein de beaux projets de vélodromes couverts comme France à Loudéac, vers Besançon, Essarts, Angers. Récemmcommet il y a un vélodrome qui est sorti à Laval. Les Championnats du monde comme 2027 n’ont pas été commecore attribués, mais la région Rhône-Alpes s’est positionnée – comme tout cas les élus locaux ont phénomène valeur de à eux eurythmie pour construire un vélodrome. Tout ça phénomène qu’on va réussir à remettre du monde sur la piste, à trouver des pépites et à redevcommeir une nation compétitive.    

Dernières Nouvelles

More Articles Like This