samedi, août 13, 2022

le quasi « grand-huit » des stades

A Lire Absolument

Après deux saisons largement perturbées par la pandémie de Covid-19, les huis clos en série s’effacent enfin pour laisser place aux supporters, attendus en nombre à partir de la phase à élimination directe. Et pour cette édition 2021/22, les clubs concernés ont vu les choses en grand.

Comme un symbole, le coup d’envoi des quarts de finale aller va être donné mardi (18h45) à l’Allianz Arena, une première pour la section féminine du Bayern Munich dans cette enceinte de quelque 70.000 places, à l’occasion de la venue du Paris SG.

« Nous sommes très heureux de cette étape importante dans l’histoire riche de plus de 50 ans de notre section féminine », s’est réjoui le président Oliver Kahn, se félicitant que l’équipe dirigée par Jens Scheuer obtienne « la scène qu’elle mérite ».

Le club bavarois, avec des billets à 15 euros pour le grand public et des tarifs réduits allant de cinq (enfants) à dix euros (étudiants et retraités), espère battre son précédent record d’affluence établi en mars 2017 en quarts contre le PSG, déjà, avec 7.300 spectateurs recensés au Grünwalder Stadion.

Au retour, le 30 mars, les Parisiennes recevront les Allemandes au Parc des Princes, ce qui n’est pas inhabituel pour les championnes de France en titre.

Plus de 17.700 places ont déjà été vendues, selon un dernier décompte lundi du PSG qui espère battre son record datant d’avril 2017 en demi-finale retour contre le Barça (19.192 personnes).

« Nous sommes contentes de jouer dans des gros stades, que ce soit l’Allianz Arena ou le Parc des Princes au retour. On voit que les clubs misent sur le foot féminin », a apprécié lundi la défenseure parisienne Sakina Karchaoui. La présence du public « nous booste dans nos performances », a-t-elle affirmé.

Le Real, l’intrus

Leurs rivales de l’Olympique lyonnais, de la même manière, sont chez elles au Groupama Stadium depuis plusieurs années, que ce soit pour les grands rendez-vous domestiques ou continentaux. Le stade de Décines, doté d’environ 59.000 places, accueillera donc logiquement la manche retour entre l’OL et la Juventus Turin, jeudi 31 mars.

Son adversaire italien a pris ses quartiers au Juventus Stadium depuis la saison dernière, après avoir disputé ses premières joutes européennes dans le petit stade Giuseppe-Moccagatta. L’affiche contre l’OL s’y jouera, tout comme la finale de l’épreuve fixée le 21 mai.

Pour leur double confrontation, les Anglaises d’Arsenal et les Allemandes de Wolfsburg ont abandonné leurs confidentiels Meadow Park et AOK Stadion. Place à l’Emirates, le 23 mars, et à la Volkswagen Arena, au retour le 31 mars.

L’affiche 100% espagnole entre le FC Barcelone et le Real Madrid, enfin, offre un contraste saisissant.
A l’aller, ce mardi, le premier « clasico » européen chez les féminines se disputera dans le petit stade Alfredo Di-Stefano, d’une capacité de 6.000 places, installé au sein du centre d’entraînement du Real en banlieue de la capitale espagnole.

A l’inverse, les championnes d’Europe en titre du Barça accueilleront la manche retour le 30 mars dans l’immense Camp Nou, temple de 99.000 places où devrait être établi un record d’affluence pour un match d’équipes féminines professionnelles.

Le club catalan, qui évolue habituellement dans le stade Johan-Cruyff (6.000 places), a offert des places gratuites à ses « socios » (supporters-actionnaires) et espère une rencontre à guichets fermés. La meilleure affluence pour un match féminin de clubs a été réalisée en mars 2019 avec 60.739 spectateurs à Madrid pour la victoire en championnat du Barça sur l’Atlético.

C’est la seconde fois que les Barcelonaises vont jouer un match officiel au Camp Nou, après une première prestation en janvier 2020: elles avaient écrasé leurs voisines de l’Espanyol Barcelone 5-0, mais à huis clos.

Dernières Nouvelles

More Articles Like This