dimanche, juillet 3, 2022

Acrog-Tormans : « Plus besoin d’aller voir ailleurs » – Actualité

A Lire Absolument

L’équipe Acrog-Tormans cartonne en ce moment. Après avoir remporté une étape et le classement général du Tour du Brabant Flamand avec Tomas Kopecky la semaine dernière, la formation de Jef Robert a réalisé un doublé sur la deuxième étape du Tour de Namur, ce jeudi, avec Sander Lemmens et Robin Orins. Cette bonne passe réjouit le directeur sportif Roger Loysch. « Ça montre que nous avons eu raison de rajeunir notre équipe il y a deux ans. Notre équipe progresse bien », se félicite-t-il auprès de DirectVelo. Ce qui lui plait surtout, c’est la manière. « La façon dont nous avons roulé sur cette étape et la semaine dernière, c’est incroyable. On aurait dit une course pro sur la quatrième étape du Tour du Brabant Flamand. Ils ont contrôlé l’échappée de bout en bout en équipe, comme chez les pros. Et pourtant, revenir sur Pim Ronhaar et David Van der Poel, il faut le faire. Et aujourd’hui, ils font un et deux, c’est fantastique. » L’équipe Acrog-Tormans peut même rêver du doublé inédit, Tour du Brabant Flamand – Tour de Namur, avec deux coureurs, Sander Lemmens, 4e à 17 secondes, et Robin Orins, 5e à 22 secondes du leader Thibau Nys (Baloise Trek Lions) à trois étapes de la fin. « Tout est possible. Nous avons un bon coup à jouer ».

RETENIR LES BONS JUNIORS EN ESPOIRS

Peu importe l’issue finale de ce Tour de Namur, l’essentiel est acquis : la confirmation qu’Acrog Tormans fait jeu égal avec les meilleures équipes Espoirs du pays. « J’ai toujours regretté de voir nos meilleurs Juniors partir quand ils passent en Espoirs dans d’autres équipes. Maintenant, nous avons fait le nécessaire pour leur proposer un bon encadrement et un programme de course de qualité pour les inciter à rester. Ils ne doivent plus aller voir ailleurs. » D’ailleurs, Roger Loysch est confiant pour l’année prochaine. « Je pense que nous allons réussir à convaincre nos meilleurs Juniors de rester (Michiel Lambrecht, Joris Reinderink, Jonathan Vervenne, NDLR) ». Autre défi : conserver les bons éléments actuels, comme Tomas Kopecky, Branko Huys ou Robin Orins. « Ce sont des supers coureurs. Naturellement, ils sont courtisés. S’ils peuvent signer chez les pros, nous pouvons que les encourager à le faire. Mais si c’est pour aller chez une équipe de notre catégorie, c’est une autre histoire ».

UN PROGRAMME POUR LES ESPOIRS

L’an prochain, la formation Acrog-Tormans va encore aller plus loin dans la jeunesse. Plus aucun investissement ne sera fait pour les Elites sans Contrat. Ces coureurs peuvent rester mais aucun programme à part entière ne leur sera proposé. Ils pourront donc évoluer dans des courses régionales ou en kermesse pro. Un message assez clair pour « les meubles de l’équipe », comme les appelle Roger Loysch tels que Timothy Stevens, Kurt Geysen, Sander Elen (vainqueur du Tour de Namur 2019), Joris Geuens, Daan Hoeyberghs, Stijn Siemons, Siebe Tormans, Bram Van Broekhoven. L’an prochain, le noyau sera composé de 15 à 20 coureurs (sans compter les cyclocrossman) pour la route. Le programme sera étoffé. « Nous avons roulé le Tour du Val d’Aoste. En septembre, nous aurons la Ronde de l’Isard. Nous allons encore ajouter des épreuves internationales la saison prochaine ». Tout en continuant de participer à des courses comme le Tour de Liège, le Tripytyque Ardennais, le Tour de Namur et le Tour du Brabant Flamand. « Il faut se dire la vérité : les équipes pros ne suivent plus ces courses comme avant pour faire leur recrutement. Ils ont plus les yeux rivés sur l’international. Mais ne courir que des épreuves UCI n’est pas toujours une bonne chose pour les coureurs. C’est aussi le meilleur moyen pour les cramer. Il faut trouver l’équilibre. Et puis, je pense qu’il faut aussi faire honneur aux organisateurs des courses par étapes en Belgique. C’est une question de respect ». En revanche, les interclubs nationaux d’un jour auront moins la priorité en 2022. Le ton est donné, Acrog-Tormans veut s’installer encore plus fort dans la catégorie des moins de 23 ans. Les rivaux comme Lotto-Soudal DT, EFC-L&R-Vulsteke, Wallonie Bruxelles Development et Home Solution-Soenens sont donc avertis.

Dernières Nouvelles

Basket-Élite : Allan Dokossi parti pour rester à Fos PB

infiniment sous le joug d'être rayé de la carte du monde professionnel par la Dncg, la situation de l'Élan béarnais est très préoccupante. Et remet en cause les accords de transfert conclus avec maints de ses joueurs. C'est surtout le cas...

More Articles Like This